Henri, poète

Henri,  l’homme multiple .

 

 

Nous connaissions tous l’artiste, le peintre, le graveur, le sculpteur.

Avec des textes datés de 1962 à 1979, nous avons découvert le poète .

Nul ne doutait des talents d’écriture d’Henri quand il agrémentait les cartes de vœux de quelques mots doux et tendres comme une caresse .

 

  Aujourd’hui vous allez pénétrer,  grâce à une sélection de poèmes - si difficile à faire- dans l’univers d’un très jeune homme écorché, s’interrogeant sur lui-même et sur le monde, univers où apparait l’engagement  total du poète, puis dans l’environnement un peu apaisé du jeune adulte, univers réel ou onirique des poèmes plus récents dans lequel  la femme, la nature, les fleurs et mille autres personnages suscitent la même émotion que nous ressentons devant ses gravures .

 

  Les mots seraient-ils encore plus forts que les images ?

 

Henri a écrit :

          « la poésie m’aura appris à vivre et à aimer cette vie tragique et fragile . »

 

Peut-être que lire ses poèmes , nous, et vous  aidera –t-il à sortir de notre mélancolie.

Merci Henri, pour tout ! « le poète veut se défendre de l’oubli »…....nous ne t’oublierons pas.

 

 

Françoise MATHE - avril 2012

Nous vous présentons un petit extrait de l'anthologie des poèmes de l'artiste Henri Jean. 

Si vous souhaitez en lire de nouveaux, inscrivez-vous et rendez vous sur l'espace membre, vous trouverez des poèmes écrient par l'artiste et disponible en lecture. 

           Bonne lecture  
 

Ce jour là la terre était gelée chez les avaleurs de couleuvres.

 

Ce jour là la terre était gelée chez les avaleurs de couleuvres.

Les médecins avec la complicité de politiques avaient décidé de bannir la mort.

Alors les syndicats des croquent morts, des fleuristes, de tous ceux dont l'activité était menacée par cette mesure s'apprêtaient à manifester violemment pour la défense de leur emploi.

 

                                      ********

 

Le temps fait ce qu’il veut

Mais que veut le temps ?

Il fait sortir les poissons de la mer

Y retourner les mammifères

Transforme le loup en baleine

Le chien en sirène

 

Il fait se sauver les galaxies

S’enfuir les étoiles, disparaître la lumière

S’embraser les pierres

 

Le temps fait ce qu’il veut

Mais que veut le temps ?

 

 

 

            2

 

Je ne fais que passer disait le temps

 à ceux qui désiraient le retenir.

Je ne fais que passer

 c’est ma manière d’être

 mais je suis toujours  là

même si je passe.

Je n’ai pas de temps mort

dans ma façon de passer.

Je passe et passerai toujours.

 

 

 

          ​  3

 

Tu te souviens de la mer

Et de l’écaille

Tu es poisson

 

Tu te souviens de la terre

Et du ciel

De l’eau, du feu

De la fourrure

Et tu te souviens des feuilles

Et de la nuit

Tu es arbres

 

Tu te souviens de la musique

Et de la plume

Tu es oiseau

 

Tu as tout oublié

 

Tu te souviens de tout.

 

 

 

          ​  4

              

Toi qui es parti

Dans la lumière des étoiles

N’as-tu pas quelquefois

la nostalgie

de la douceur des feuilles

et de la fourrure des chats

 

 

          ​  5

 

Cela doit bien faire mille ans

Et mille fois mille ans

Que cet arbre a fait ses feuilles

De ses feuilles et de mes cendres

 

          ​  6

 

Patience

Pactise avec la mort

 

                 

          ​  7

 

Qui console celui qui doit consoler ?

 

 

Un excès de silence

Et ça murmure

 

          ​ ****

 

Un point fixe ?

-une étoile…

Dessiner les cartes

 

          ​ ****

Le vertige

L’inconnu

Le mystère

C’est ici

 

          ​ ****

 

L’arbre fait son silence

La maison d’algues et de lierre

A l’abri des chardons bleus

Sent l’herbe

Le feu

La lavande et les abeilles

 

Les oiseaux y brodent l’espace

Pour l’animal d’eau douce de tes yeux

 

          ​ ****

 

Tâter l’ombre

Goûter la nuit

Où brûle l’ortie

Où console la cigüe

  

          ​ ****

 

Terre touffue des nuits blanches

 

Garder le feu

Garder les rires

Garder la neige

et le froid

les étincelles

Garder la pluie

Garder la mer

 

Tout garder

Et garder l’enfant

 

 

          ​ ****

 

Ephémère éternité…

Le scintillement des oiseaux… …

 

 

          ​ ****

 

Pour mourir

Une petite pluie

Des poissons bleus

Dans la tête

 

          ​ ****

 

Une âme a-t-elle une couleur ?

Se mouille-t-elle quand il pleut ?

Et que lui vaut la lumière

Les heures de plein soleil ?

 

 

          ​ ****

 

S’il vous plait

Réveillez celui qui dort

La terre est trop noire

Trop profonde

 

          ​ ****

 

Tu es perdu

Dans ma mémoire

Je ne sais pas

où tu es

Dans les murmures peut-être

Du vent

Qui tisse ses chevelures

 

Tu es parti peut-être

Vers une étoile lointaine

 

 

          ​ ****

 

La vie bat les cartes

La mort fait tinter les clefs

 

 

          ​ ****

 

Jamais je crois

Je ne serai assis

Dans un grand champ

D’étoiles et de fleurs

 

Jamais je crois

Je ne volerai

Porté par deux grandes ailes bleues

Dans l’espace immense

 

Et jamais je crois

Je ne te reverrai

 

C’est  ce qui me déchire le plus

 

 

          ​ ****

 

Chercher l’image

Dans l’ombre

Dans la nuit

 

                        ****

 

Qu’elle griffe ou caresse

Qu’elle grave ou dessine

Toujours la main

Est gantée de nuit

 

                        ****

 

Quand passe le temps

Alors vient le temps

Des orages

Des colères sourdes

De l’âme blessée

Comme la mer violette

 

 

Henri Jean - ensemble de poème de 1957 à 1978

© Simone et Henri Jean.

 

La Cheminée Bleue - 79800 La Couarde - FRANCELa Couarde

 

 

 

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean